Vous marchez dans la rue tranquillement quand vous voyez arriver de loin un homme dandinant, oscillant à chaque pas. Vous l’approchez croyant qu’il a besoin d’aide et c’est alors que l’odeur de l’alcool vous frappe. Rien de vraiment étonnant à voir un homme saoul dans la rue, sauf que vous en êtes en Algérie pour quelques jours de vacances.
Eh oui, l’Algérie a beau être un pays musulman, cela n’empêche pas les fléaux d’y apparaître.

Avantages de vivre dans un pays musulman

Nombreux sont ceux qui voient en l’Algérie (ou les pays arabes en général) la liberté de pratiquer leurs rites loin des préjugés et des regards haineux. C’est vrai qu’aller à la mosquée, que ce soit pour la prière du vendredi ou autre, n’y représente en aucun cas quelque chose de singulier. Cela n’attire ni les regards ni les remarques déplaisantes. Cette liberté d’expression dont tout musulman aimerait jouir vous emplit de contentement.

 

Marrakech

 

Qui plus est, que vous alliez au fast-food ou au restaurant, vous n’avez pas à vous inquiéter de la viande que l’on vous sert. Il est vrai qu’il se peut que cela soit trop cuit, voire cramé ou, au contraire, pas assez ; néanmoins, vous n’aurez pas à demander s’il y a du porc dans le plat ou pas. Vous n’aurez pas à demander non plus si c’est halal ou pas… c’est un luxe très appréciable !

Et puis n’oublions pas qu’un pays musulman est un environnement plus sain pour l’éducation de ses enfants. Quand votre adolescent rentre de l’école le jour de Arafat et vous dit que toute la classe a jeûné, ce n’est pas la même chose que s’il rentrait et vous disait que seul lui observait l’abstinence. Entre un environnement qui encourage et un autre qui lui donne l’impression d’être marginalisé ; ça fait toute la différence.

 

Fléaux ayant atteint les pays musulmans

Juste parce que vous êtes dans un pays musulman, cela ne veut pas dire que personne ne boit, ne se drogue ou ne se suicide.

L’Islam est la religion absolue et complète dont Allah nous a dotés pour que l’on mène à bien cette mission que nous avons sur terre, à savoir Le vénérer… mais les musulmans ne sont que des êtres humains et lesdits êtres fautent.

Combien même les parents sont tous deux pieux, ont tous deux accompli leur pèlerinage et ont fait de leur mieux pour bien éduquer leur fils, il se peut qu’il ne suive pas les commandements d’Allah comme il se doit.
En Algérie par exemple, les fléaux sociaux tels que l’alcool, la drogue et autres, ne choquent plus autant. Il y a plusieurs facteurs qui ont accéléré la dégringolade ; nous pourrions nommer le chômage à titre d’exemple pour ne citer que celui-ci.
Le chômage entraîne un bon nombre de problèmes qui participent à aggraver la situation, et voilà que ce trentenaire se met à la drogue et ce quadragénaire se suicide.

 

alcool

 

Force est d’admettre que cela dépend de tout un chacun. Il y a ceux qui endurent patiemment et les autres, ceux dont la foi n’est pas assez forte pour les empêcher de commettre l’impardonnable (le suicide).

Nul besoin de se voiler la face, le monde a beau évoluer du côté technologique, l’Homme, par contre, régresse. Même en étant musulman, il ne sait plus quoi faire de sa vie. Il ne prie pas, prétendant être un musulman non pratiquant. Il ne jeûne pas, disant que cela n’est plus de ce temps. Il boit, se drogue, se suicide et se laisser aller aux plaisirs charnels.

Ce que je dis ne s’applique pas seulement à l’Algérie et aux pays du Maghreb. N’allez pas croire que juste parce que vous êtes en Arabie Saoudite que tout va à merveille. Le pèlerin voit ce qu’il a envie de voir et n’y va que pour accomplir une dette envers Allah. Là-bas aussi les fléaux font ravage… même si cela demeure moins apparent que dans les pays non musulmans.

Le titre de pays musulman est quelque peu relatif mais c’est le temps qui l’exige. Le messager d’Allah (que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui) savait que l’on en arriverait là et a dit qu’il viendrait le jour où s’accrocher à un dixième de la religion serait synonyme de salut. En sommes-nous là ? Nous ne pourrions le dire avec certitude, mais ce qui est sûr c'est que le monde se perd alors nous n’en sommes plus bien loin...

 

Conclusion

Ce qui importe n’est pas où vous décidez de résider, mais comment vous pratiquez votre religion. Ce n’est pas une question d’endroit, c’est une question de foi. La France n’est pas si mal en fin de compte. Il faut juste s’adapter pour compenser ce qui ne peut être obtenu.

Et vous, envisagez-vous de déménager dans un pays musulman ?

 

Crédit photo : cruxbrasil, ckeyzor